3 things from this week (#6), the millenial edition

Let’s face it: I’m not very good at this. 

Writing is hard. Not hard like depression or grief, of course. But not hard like growing your nails when they’re naturally brittle, or not eating the whole bag of chips, either.

For me, writing is about as hard as getting out of bed on a Saturday morning after a long week of 9-to-5 work. It’s about as hard as making your first dentist’s appointment in five, six years. It’s about as hard as saying no to a friend, or responding to an email that’s been sitting in your inbox for four, five days—about as hard as not apologizing to anyone, about anything, for an entire day.

It’s about as hard as deciding whether to reach out to a friend who you know has been going through tough times but didn’t reach out to immediately, and so you’re stuck in this weird place of not knowing whether it’s already too late, and maybe the friendship is ruined and over and done.

Writing for me most days is not writing at all; it’s thinking about it, getting excited, then getting delayed, then getting distracted, and ultimately, forgetting until the next day, or the next week.

So, yeah, writing is hard. But I like it.

And so I thought I’d make it easy. I thought, “let’s come up with a formula.” I thought, “three things a week—perfect. Simple, factual, easy.”

Woops.

1) Lana’s new song.

love

Just cuz.

2) Lovesick, s02e08.

lovesick

Because it took Lovesick (AKA Scrotal Recall, as I’ve just learned) a few episodes to grow on me, but “Abigail (Part 2)” was the point of no return, and I’m now eagerly waiting for season 3.

3) Drawing!

I used to draw a lot as a kid, and then I stopped. I started again last week. It’s hard for sure, but less so than writing. I’m going to try and keep at it.

Have a chill week,

—s

 

Advertisements

8#veganmofo 2016 (jour 6) : ma recette de soupe aux légumes

corn2016-1

Something that always cheers you up.

le site du Vegan MoFo

C’est aujourd’hui que s’achève la première semaine du Vegan Month of Food (petits applaudissement discrets). Hourra! J’avoue que je suis assez fière de moi : jusqu’à maintenant, j’ai réussi à publier tous les jours, soit sur ce blogue, soit sur Instagram. (N’hésitez pas à aller voir les publications « Instagram-only » des jours trois et cinq si ce n’est déjà fait).

Aujourd’hui, c’est bouffe réconfort (comfort food, tsé). Pour l’occasion, je vous présente ma recette de soupe aux légumes, un heureux croisement (c’est du moins mon avis) entre la très bonne recette de soupe alphabet d’Isa Chandra, qu’on trouve dans son livre Isa Does It (ainsi que sur son site), et celle, savoureusement réconfortante, que ma mère me préparait quand j’étais petite.

Les jours d’anxiété, de déprime ou de gros rhume, cette soupe me fait le même effet qu’une conversation téléphonique impromptue avec ma mère : elle me réconforte et me donne l’impression que finalement, la vie, c’est pas si pire. Je note au passage que ma mère n’a jamais mis, de mémoire, de nouilles dans sa soupe aux légumes, ni Isa de pois chiches dans la sienne; le mariage des deux, toutefois, ne fait à mon sens que bonifier cette soupe très tomatée, pleine de légumes et délicieuse.

MA SOUPE AUX LÉGUMES ET AUX NOUILLES

(30 minutes, environ 6 portions)

soupe

Ingrédients :

  • 2 c. à soupe d’huile d’olive
  • 1 oignon de taille moyenne, haché
  • 4 branches de céleri, sans les feuilles, en demi-rondelles
  • 2 gousses d’ail, hachées
  • 1 tasse de carottes pelées et coupées en rondelles (ou de bébé-carottes en petits tronçons si je file paresseuse)
  • 2 c. à thé de thym séché
  • 1 c. à thé de basilic séché
  • 1/2 c. à thé d’estragon séché
  • 6 tasses de bouillon de légumes, maison ou du commerce (j’aime bien celui-ci)
  • 1 tasse de petites pâtes (alphabet pour le facteur cute, mais sinon c’est pas grave)
  • 796 ml de tomates en dés et leur jus (en conserve)
  • 2 c. à thé de pâte de tomates
  • 540 ml de pois chiches cuits (en conserve ou faits maison)
  • sel et poivre
  • pain croûté, tranché (pour servir, facultatif)

Instructions :

Préchauffer une casserole à feu moyen-vif. Faire revenir dans l’huile les oignons, le céleri et les carottes avec une généreuse pincée de sel, en remuant de temps à autre.

Une fois les oignons devenus translucides, ajouter l’ail et les herbes séchées, mélanger et laisser griller pendant environ 30 secondes, en remuant une fois ou deux (ça devrait commencer à sentir bon). Ajouter le bouillon, porter à ébullition, puis réduire le feu. Ajouter les pâtes, mélanger et laisser mijoter doucement (couvrir au besoin) pendant environ 10 minutes ou jusqu’à ce que les pâtes soient cuites.

Ajouter les tomates en dés dans leur jus, la pâte de tomates et les pois chiches et bien mélanger. Laisser mijoter quelques minutes, le temps que le tout se réchauffe. Si la soupe semble trop claire, ajouter un peu de pâte de tomates. Saler et poivrer au goût et servir avec le pain.

C’est tout pour aujourd’hui! J’espère que vous vous laisserez tenter par cette recette, un jour de grisaille, de pluie, de neige ou de tristesse, et qu’elle vous remontera le moral. Pour ma part, je vous quitte pour aller cuisiner un plat nouveau, recommandé en plus par une amie très chère. Je vous en parlerai peut-être dans un prochain billet!

À bientôt,

—s

 

This is the English intro post that’s roughly equivalent to the French one below.

Except not quite. 

As I mentioned in my first post, although I am a Translation major (English-to-French), I don’t intend for this blog to feature translated content—not for the most part, anyway. Still, I feel as though it’s only fair I should introduce the blog and its linguistic premise in both languages. For one, not doing so would seem sort of rude; plus, I’m a rather self-centered individual, and as such, I tend to seize every occasion to write about myself and the reasons I do the things I do.

So. The bilingual thing.

A friend once called me a “secret francophone”, a turn of phrase I find at once quite cute and fairly representative of the kind of self-image I’ve tried to project in English-speaking circles for a while now. I’m a born-and-raised francophone from Montreal, PQ. Like most French-speaking Québécois kids my age, I started ESL classes in the third grade, when I was seven years old. For years, English was primarily a source of mid-level anxiety: I was very self-conscious about pronunciation, grammar, spelling—all of it, really—and I wasn’t getting the amount of practice required to actually get better. Then, when I was 12, I spent a school year in an English “immersion” program, which helped a lot with the confidence issue. From then on, I was, for lack of a better word, hooked.

I consumed a lot of English media in the years that followed—movies, music, blogs, etc. I also started talking to myself in English when I was alone. I’d reenact conversations I’d had in French and try to translate them into English, or come up with new, fictional exchanges from scratch. I’d practice whenever I was (relatively) alone, which was often on my walks to and from school and, eventually, my part-time job. It must’ve looked pretty weird, but I was getting better.

There was a thrill, I soon found out, to being able to “pass” as an anglophone, even if it was just for the first few minutes of an encounter. I still wonder why that is. I suspect there are a lot of underlying problems to that question. I still feel the thrill from time to time.

In any case, I graduated from high school, then Cégep, with high marks in both English and French. I took a job where I had ample opportunity to speak (and write) the two, and I did. I was starting to feel quite bilingual. Parallel to work, I went to university in French (first for philosophy, then for translation). I met my partner, a New Englander who didn’t speak much French and introduced me to his friends from Nova Scotia and Ontario, who in turn introduced me to more Montreal anglophones. Meanwhile, I continued speaking French with other close friends, with family and with colleagues. Today, I’d say my life is about 50-50: half-English, half-French. It’s a little weird sometimes, but I like it.

One thing I’ve always liked is writing. I get to do it quite a bit these days, between school and work. Another thing I’ve always liked is having a text-based blog. I had a whole string of them back in high school (including some almost entirely dedicated to terrible teenage poetry), but as an adult, I’ve had trouble getting started again. The main issue, I came to realize, was that of language: I couldn’t choose for the life of me between English and French.

In the end, I didn’t.

Thanks for reading,

—s

J’ai longtemps hésité à créer un blogue.

Outre les préoccupations d’usage — « ça va faire dur », « je saurai pas sur quoi écrire », « je vais arrêter au bout d’un mois » — la question qui me chicotait le plus, c’était celle de la langue. Devrais-je écrire en français — la langue de mes parents, de mes grands-parents, de ma meilleure amie et de mes copines d’université — ou en anglais — la langue des téléséries, de mon copain, d’une belle poignée d’amis et de ma vie sur Internet?

La question peut paraître bizarre, mais elle se pose. Je suis née à Montréal en 1992, trois ans avant le deuxième Référendum sur la souveraineté. J’ai grandi dans une famille francophone, plutôt souverainiste et très radio-canadienne. Chez nous, s’exprimer dans un français impeccable était source de fierté. Quant à l’anglais, on n’y était pas hostile, mais on ne faisait pas non plus de pirouettes dans la langue de Shakespeare, et ce n’est que vers l’âge de douze ans, après une année scolaire passée en « immersion anglaise », que j’ai décidé de vraiment m’y mettre.

Adolescente, donc, je dévorais les séries, la musique, les blogues anglos, tout en continuant de lire des livres en français. J’ai même écrit des poèmes dans les deux langues, qui existent aujourd’hui encore, bien cachés (heureusement) dans les profondeurs d’Internet. Éventuellement, j’ai commencé l’université (en français) et pris un emploi de bureau. On m’y a confié toutes sortes de tâches, dont beaucoup m’ont forcée à pratiquer mon anglais avec toutes sortes d’interlocuteurs d’un peu partout dans le monde. Puis, il y a trois ans, j’ai rencontré mon copain, un charmant étudiant anglophone, américain de surcroît, qui ne parlait à l’époque pas un traître mot de français et qui m’a présentée à tout un petit groupe d’amis tout aussi anglophones (et tout aussi charmants).

Tout ça pour dire qu’à presque-25-ans-toutes-mes-dents, je vis moitié en français, moitié en anglais, et que c’est très bien comme ça. N’empêche, lorsqu’il a été question d’écrire dans le format complètement libre et très personnel du blogue, je n’ai jamais vraiment su trancher. Finalement, j’ai réglé la question… en ne tranchant pas. Ce blogue sera donc joyeusement bilingue, pour le meilleur et pour le pire. Et bien que j’étudie la traduction, j’entends faire de mon mieux pour éviter de faire dans la traduction de billets, d’une part parce que du transfert linguistique, j’en fais déjà ailleurs; de l’autre, parce que ça me semble autrement plus drôle (et plus intéressant) de laisser les sujets et les envies dicter le choix de la langue.

À très bientôt,

—s